Maison à énergie positive et le chauffage

Dans le secteur des bâtiments, il est aujourd’hui possible de construire une maison à énergie positive. Une telle maison produit beaucoup plus d’électricité qu’elle ne consomme pour ses besoins de confort. L’énergie de base qu’est l’électricité, est une énergie spécifique. L’électricité fait partie de ces énergies utiles pour compenser les besoins de l’habitat. La production d’une partie de l’énergie rend le bilan énergétique positif. Pour les amateurs, cette explication peut être complètement du chinois.

Depuis une dizaine d’années environ, certains pays ont adopté une référence réglementant les nouvelles constructions. Cette régulation thermique est définie par le bâtiment à énergie positive. Le bâtiment devra disposer d’une très forte efficacité énergétique pour être classé en catégorie « Positive ». En de plus simples termes, ce type d’habitat est tout simplement censé fournir beaucoup plus d’énergie qu’il ne consomme. Une maison individuelle qui produit de l’énergie assurera obligatoirement une production d’électricité généralement garantie par des panneaux photovoltaïques disposés en toiture.

Maison à énergie positive : la référence réglementaire dans peu de temps

Actuellement, la catégorie des habitats atteints le niveau BBC ou de Basse consommation. La maison à énergie positive présente de très faibles consommations d’énergie. Les uniques besoins de chauffage n’excèdent pas les 15 kWh par mètre carré et par an. Sa conception bioclimatique et son isolation thermique renforcée minimisent les dépenses énergétiques. Par ailleurs, la maison procède à une récupération d’énergie et optimise les énergies renouvelables. Par conséquent, les besoins en eau chaude sanitaire sont en grande partie produits par une énergie renouvelable comme le solaire ou la pompe à chaleur.

Les besoins de réchauffage de l’air neuf pour la Ventilation Mécanique Contrôlée sont couverts par une récupération d’énergie en utilisant une pompe à chaleur ou une pompe à chaleur mixte sans oublier un chauffe-eau thermodynamique tout simplement.

Initialement, la récupération de l’énergie a été réalisée au début de la construction de l’habitat. Les vitrages bien exposés au soleil ont été étudiés pour capter le maximum de chauffage par les rayonnements du soleil. Il faut affirmer que la nature coûte cher. L’éclairage artificiel est uniquement adopté pour la nuit. Pour optimiser le maximum de rendements des éclairages destinés pour l’utilisation nocturne, les techniciens ont fixé des lampes à basse consommation. Les résultats sont spécifiques pour l’habitat à énergie positive. Les résultats sont nettement incomparables par rapport aux autres habitats.

Les occupants des maisons à énergie positive sont enclins à utiliser des équipements électriques à très haute performance. Tous ces dispositifs démontrent clairement les caractéristiques approuvant la qualité irréprochable d’une maison utilisant très peu de besoins énergétiques et peu de consommation. Avec ces conditions intransigeantes, le bâtiment est finalement qualifié à être une maison à énergie positive.

Les autres conditions de qualification

La maison qualifiée présentant un bilan à énergie positive doit démontrer que sa faible consommation est largement compensée par une production d’énergie équivalente ou supérieure.

La maison à énergie positive aura une production autonome d’électricité. La maison individuelle devra disposer d’une surface importante en m² de toit par rapport à la surface habitable. Une surface de 20 m2 est nettement suffisante. Les panneaux photovoltaïques installés peuvent produire une énergie électrique suffisante pour couvrant les besoins de la maison.

L’énergie électrique est privilégiée par la maison à énergie positive

La maison à énergie positive devra être individuelle et en général isolée ou accolée à d’autres maisons individuelles intéressées également par la production d’énergie. La production d’électricité devra satisfaire les besoins locaux de l’habitat même et des proches voisins. Sur le plan énergétique, il est possible de mutualiser les besoins de production et de distribution pour les différents usages des consommateurs d’énergie.

Le stockage d’électricité et l’autoconsommation de la maison à énergie zéro

Les principaux critères d’une maison à énergie positive sont l’aptitude à produire de l’électricité et simultanément à gérer une autoconsommation. Il faudra assurer les besoins de consommation d’une façon permanente. Un stockage d’énergie s’avérera nécessaire.

Ce stockage d’énergie sera procédé directement à travers des batteries accumulatrices électriques. Il pourra également garantir le processus de stockage avec une réserve d’eau chaude à température la plus élevée possible. Cette condition suffira pour couvrir en temps et en heure les besoins d’eau chaude sanitaire de la maison ainsi que ses besoins de chauffage.

Pour subvenir à tous les besoins, les panneaux photovoltaïques appartenant à la maison à énergie positive seront opérationnels pendant toute la journée. D’autre part, la réserve d’eau chaude peut être considérable compte tenu des besoins journaliers même si ceux-ci sont réduits. Elle devrait atteindre entre 5 et 10 m³ selon la surface de la maison.

Transport électrique jumelé pour la maison basse consommation

La maison à énergie positive répond également aux attentes environnementales. Le secteur Bâtiment et celui du transport représentent deux fonctions énergétiques supérieures. Ils doivent donc être réduits le plus possible et s’intégrer dans un dispositif commun « à énergie positive ». Le résultat énergétique et écologique est encore un autre cas plus élargi.

Le cas d’une maison à énergie positive disposant d’un garage abritant un véhicule électrique est possible. Connecté à la maison et aux panneaux photovoltaïques, un véhicule peut également servir de stockage électrique à la production photovoltaïque de la maison. La voiture spécifique peut convoyer gratuitement une énergie gratuite électrique.

Parmi les moins chères du marché, on retrouve le chauffage électrique, au gaz ou au fioul. Entre 800 et 5 000 euros pour la pose de l’installation. Les factures étant parmi les plus élevées, ces systèmes ne sont installés que si aucune autre possibilité ne peut être envisagée.

Le chauffage électrique, au gaz ou au fioul sont les chauffages les moins chers possibles trouvés sur le marché. On compte environ 800 et 5000 euros pour la pose de telles installations.

Le chauffage solaire ou au bois avec la géothermie et les pompes à chaleur représentent un coût plus élevé, mais procurent le meilleur rendement. Les installations demandent un coût de base assez élevé d’environ 15 000 Euros. Si on considère l’utilisation des énergies naturelles et renouvelables utilisées par ces types de chauffage, l’investissement est très rapidement rentabilisé.

Vos dernières recherches sur 1. Maison à énergie positive et le chauffage : chauffage individuel Brie-Comte-Robert, dépanneur chauffage, cout chauffage gaz 95290, entretien chaudière paris, chauffage accumulateur Andresy 78570, plombier pas cher, installation chauffage gaz Le Raincy 93, accelerateur de chauffage, chauffage au gaz naturel La Frette-Sur-Seine , entretien chaudière chappee, chauffage a granule de bois 78630, chauffagiste lyon, entretien chaudière de dietrich Menucourt 95180, comparatif mode de chauffage, chauffage soufflant industriel Esbly 77, panne chaudière gaz